Un théoricien de génie

I. Jeunesse et études

Copernic naît à Torun (Pologne), dans une famille de marchands et de fonctionnaires municipaux. L'oncle maternel de Copernic, l'évêque Lukas Watzelrode, veille à ce que son neveu reçoive une éducation solide dans les meilleures universités. Copernic entre à l'université de Cracovie en 1491, étudie les arts libéraux pendant quatre ans sans obtenir de diplôme pui, comme de nombreux polonais de son milieu, se rend en Italie pour étudier la médecine et le droit. Avant de quitter la Pologne, son oncle le nomme chanoine de Frauenburg (aujourd'hui Frombork), un poste à responsabilités financières mais sans aucun devoir religieux. En janvier 1497, Copernic commence l'étude du droit canon à l'université de Bologne tout en vivant chez un professeur de mathématiques, Domenico Maria Novara (1454-1504).
L'intérêt que porte Copernic à la géographie et à l'astronomie est fortement encouragé par Domenico Maria Novara, un des premiers à remettre en cause l'excatitude de la géographie de Ptolémée. Les deux hommes observent ensemble l'occultation (éclipse par la Lune) de l'étoile Aldébaran le 9 mars 1497 à Bologne.

En 1500, Copernic donne des conférences sur l'astronomie à Rome. L'année suivante, il obtient l'autorisation d'étudier la médecine à Padoue (université où Galilée a étudié presque un siècle plus tard). Comme il n'est pas inhabituel à cette époque d'étudier un sujet dans une université puis d'être diplômé d'une autre université (souvent moins chère), Copernic, sans terminer ses études de médecine, obtient son doctorat en droit canon à Ferrare en 1503 puis retourne en Pologne pour remplir ses fonctions administratives.

II. Le regard d'un visionnaire

De 1503 à 1510, Copernic vit dans le palais épiscopal de son oncle Lidzbark Warminski, participant à l'administration du diocèse et prenant part au conflit contre les chevaliers teutoniques. Il publie ensuite son premier livre, une traduction de lettre latines sur la morale, rédigées par un écrivain byzantin du VII° siècle, Theophylactus de Simocatta. Entre 1507 et 1515, il achève un court traité d'astronomie, De Hypothesibus Motuum Coelestium a se Constitutis Commentariolus (connu sous le titre de Commentariolus), qui ne sera pas publié avant le XIX° siècle. Dans cet ouvrage, il énonce les principes de sa nouvelle astronomie héliocentrique.

système héliocentrique extrait de De Revolutionibus

Après son installation à Frauenburg en 1512, Copernic participe à la commission du V° concile du Latran sur la réforme du calendrier (1515); il écrit un traité sur la monnaie (1517) et commence son oeuvre principale, De Revolutionibus Orbium Coelestium (révolution de sphères célestes), achevé dès 1530 mais qui ne sera publié par un imprimeur luthérien de Nuremberg que peu de temps avant sa mort, le 24 mai 1543.

III. Cosmologie du début du XVI° siècle

Avant la révolution copernicienne, la cosmologie reposait sur un Univers géocentrique dans lequel la Terre était immobile et fixe au centre de plusieurs sphères de rotaion. Ces sphères portaient les corps célestes suivants (dans l'ordre à partir de la surface externe de la Terre): la Lune, Mercure, Vénus, le Soleil, Mars, Jupiter, Saturne et, enfin, la sphère la plus éloignée, dite sphère des fixes, car elle porte les étoiles supposées alorsimmobiles. Cette dernière sphère était supposée osciller lentement, entraînant ainsi la précession des équinoxes.

signature de Nicolas Copernic

Depuis l'Antiquité, un phénomène particulier avait suscité la curiosité des astronomes. Régulièrement, ces planètes semblent s'arrêter puis repartir dans la direction contraire (mouvement rétrograde). Pour expliquer ces mouvements, le système de Ptolémée affirmait que chaque planète tourne à l'intérieur d'un cercle nommé épicycle dont le centre tourne lui-même autour de la Terre sur un autre cercle appelé déférent.

IV. Le système copernicien et son influence

 le système héliocentrique de Copernic

Le système de Copernic repose essentiellement sur les affirmations que la Terre tourne sur son axe en un jour et fait le tour du Soleil en une année. Il prétend , d'autre part, que les autres planètes sont elles aussi situées autour du Soleil et que la Terre présente une précession sur son axe (oscille comme une toupie) lorsqu'elle tourne. La théorie copernicienne conserve néanmoins plusieurs éléments du système qu'elle remplace,dont les sphéres solides portant les planètes et la sphère la plus éloignée portant les étoiles fixes. Le système de Copernic a l'avantage sur celui de Ptolémée d'expliquer le mouvement journalier du Soleil et des étoiles (par la rotation de la Terre sur elle-même) et le mouvement annuel du Soleil (par la rotation de la Terre autour de cet astre). Il rend compte aisément du mouvement rétrograde apparent de Mars, Jupiter et Saturne et du fait que Mercure et Vénus restent à une certaine distance du Soleil. La théorie copernicienne énonce également que la sphère des étoiles fixes est immobile . La théorie de Copernic permet par ailleurs d'attribuer un nouvel ordre aux planètes selon leur période de révolution. Dans le système Copernic, contrairement à celui de Ptolémée, plus le rayon de l'orbite d'une planète est grand, plus il faut de temps à celle-ci pour effectuer une rotation autour du Soleil.


Mais le concept d'une Terre mobile est difficile à accepter pour la plupart des lecteurs du XVI° siècle en mesure de comprendre les théories de Copernic. Certains éléments de sa théorie sont adoptés mais le noyau central reste ignoré ou rejeté. Copernic n'aura que dix adeptes entre 1543 et 1600. La plupart travaillent à l'extérieur des universités, dans des cours princières, royales ou impériales; les plus célébres sont Galilée et l'astronome allemand Johannes Kepler. Par ailleurs, ceux-ci ont souvent des raisons très différentes de soutenir le système copernicien. En 1588, une position médiane importante est développée par l'astronome danois Tycho Brahé, selon laquelle la Terre demeure immobile et toutes les autres planètes tournent autour du Soleil en même temps qu'il tourne autour de la Terre.

Nicolas Copernic

Malgré la condamnation de Galilée par un tribunal ecclésiastique en 1633, quelques philosophes jésuites restent dans leur for intérieur des disciples de Copernic. De nombreux autres adoptent le système géo-héliocentrique de Tycho Brahé. A la fin du XVII° siècle et lors de l'élaboration de la mécanique céleste par Isaac Newton, la plupart des savants en Grande-Bretagne, en France, aux Pays-bas et au Danemark sont coperniciens. Toutefois, ceux des autres pays Européens conservent de fortes opinions anti-coperniciennes pendant au moins un siècle.

 

rappels

Copernic naît à Torun en 1473, dans une famille de marchands et de fonctionnaires municipaux.
Il meurt le 24 mai 1543 à Rome.

 

retour à la page historique